LES INVASIONS MONGOLES (1274-1281)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default LES INVASIONS MONGOLES (1274-1281)

Message par sakamoto le Mar 10 Juin - 19:16

Deux petits tours et puis s’en vont…

Au début du XIIIè siècle, Gengis Khan fonde un empire mongol qui va, au cours des décennies suivantes, changer la face du monde. A sa mort, son fils Kubilay Khan hérite de la partie asiatique de l’empire. Ce dernier soumet rapidement la chine du nord et se proclame «empereur de Chine». La Corée passe sous son étendard peu de temps après et sa soif de conquête Croît d’années en années. Ses prochaines victimes sont le japon et le Vietnam. Kubilay pense que ces deux états se soumettront rapidement face à sa puissance. Il va vite déchanter…

1266 au japon. Le bakufu de Kamakura vit une époque paisible et s’ouvre aux pays voisins. L’annonce de la chute rapide de la chine est un sujet de conversation comme un autre dans la capitale. En effet, qui viendrait déranger une île si paisible et militairement très entraînée? Mais vers la fin de l’année, un émissaire mongol vient porter un message de la part du Khan: Le japon doit
se soumettre à la loi mongole ou de faire face à une invasion. Ce message, ainsi que tous les messages qui parviendront jusqu’en 1268 seront ignorés.

Les dirigeants japonais n’avaient en fait aucune notion de la puissance réelle des mongols. En effet le japon venait d’être unifié à peine 81 ans auparavant. Leur vision du monde se limitait à la Corée, et se disent donc que les mongols ne représentent pas une menace sérieuse. De plus les deux pouvoirs en place sont en total désaccord. L’empereur souhaite se soumettre mais le régent Tokimune Hojô refuse fermement, appuyé par des moines bouddhistes ayant voyagé en Chine. Suite a ces missives, Tokimune décide néanmoins le renforcement des côtes de Kyushu, lieu probable d’une éventuelle invasion.

Kubilay enrage de se voir snobé par une petite île. Lui, le grand Khan qui a soumis un peuple
réputé comme les chinois ne supporte pas le complexe de supériorité apparent des japonais. Il décrète donc la levée d’une gigantesque armée qu’il espère envoyer au japon dès 1268. Mais le manque d’expérience maritime ainsi que ravitaillement quasi inexistant en Corée l’oblige à repousser son attaque jusqu’en 1274. 23000 guerriers mongols, chinois et coréens prennent place dans +- 700 embarcations de tailles diverses en direction du japon. Ils prennent facilement les petites îles sur leur chemin et débarquent à Kyushu le 19 novembre.

Dans un premier temps les troupes japonaises sont écrasées par la supériorité militaire mongole.
Mais le temps joue en leur faveur. En effet, malgré des pertes énormes, les japonais peuvent facilement remplacer les pertes via des renforts incessants. Cela mine le moral des alliés d’en face et
des révoltes de coréens et chinois affaiblissent le potentiel armé. Des problèmes de ravitaillement ainsi qu’un typhon achèvent les forces mongoles qui doivent piteusement reprendre la mer. Le japon a été préservé de justesse mais le manque de récompense, le choc causé par la visible supériorité de
l’armée mongole affaiblit gravement le pouvoir du gouvernement en place. Celui-ci tient pourtant bon et mate quelques révoltes paysannes dans le Kyushu.

Cette invasion ratée a également causé de graves dommages en corée. En effet en raison des besoins en ravitaillement des troupes d’invasion, les stocks de nourriture sont pratiquement épuisés. Le roi coréen tente une médiation pour décourager le Khan de lancer une seconde expédition,
mais celui-ci a été blessé dans son orgueil. Kubilay envahi le sud de la chine et prend possession de
l’impressionnante marine de guerre de l’ex empire song. Il décrète le lancement de la seconde invasion en 1279 et ne laisse plus rien au hasard. En effet, le ravitaillement sera constant, deux flottes y participeront. La flotte chinoise partira du sud et le reste de la flotte coréenne partira de l’est afin de pouvoir envoyer des troupes fraîches à tout moment. Les soldats participant à l’invasion sont triés sur le volet pour éviter les éventuelles rébellions. Mais le plan mongol sera légèrement contrarié par la flotte sud qui devra partir en retard à cause d’un problème de ravitaillement.

Pendant ce temps, au japon, des forts côtiers sont construits sur une bonne partie de la région du Nord Kyushu. Le Genkobori (une gigantesque muraille) est également construit dans le but d’amener les mongols en terrain favorable pour les japonais (cette muraille est encore visible de nos jours).

La flotte de l’est est la première à arriver à son objectif au printemps. Les nippons voient arriver
plus de 900 navires, 15000 marins et 25000 soldats près de leurs côtes. Sans même attendre la flotte du sud, les généraux de la flotte est décident de commencer le débarquement. Mais elle subit de grosses pertes face à des guerriers japonais aguerris et animés d’un sentiment national. Les défenses et le harcèlement naval portent leurs fruits et la flotte mongole doit se replier en catastrophe pour attendre la flotte sud. Celle-ci n’arrivera qu’en été, et trouvera la flotte est au bord de l’épuisement en vire et au moral au ras des pâquerettes. L’invasion se poursuit malgré tout et les forces mongoles débarquent en plusieurs endroits.

Le résultat sera identique à l’invasion d’été. Les japonais ayant compris la tactique à adopter, ils repoussent progressivement tous les assauts mongols. Un typhon se lève le 15 août et balaye la
flotte combinée mongole la détruisant presque entièrement.

Nouveau retour honteux au pays pour les mongols. Cette fois ci Kubilay khan est au bord de la dépression et décide une troisième invasion qui sera commandée par lui-même. Mais ses généraux le
dissuadent et les mongols doivent faire face à une guerre imprévue avec le Vietnam. Guerre qu’ils perdront également.

Ces invasions n’auront, au final, servit qu’à affaiblir les quatre belligérants. En effet, la Corée est anéantie, la famine durera des décennies, les chinois ont perdu plus des ¾ de leur force militaire et les mongols ont perdu leurs meilleurs généraux de l’empire asiatique. Les japonais ont, quand à eux, payé cette invasion au prix fort. Il y aura rébellion sur rébellion jusqu'à la guerre civile du début du XIVè siècle. Un nouveau régime se met en place et les Shogun Ashikaga règneront sur le japon jusqu’en 1573. Le fait marquant de ces invasions est l’addition d’évènement banals à première vue mais qui ont décidé de l’issue entière de la bataille. Par exemple De nombreux historiens actuels considèrent que la destruction de la flotte mongole fut grandement facilitée par les bateaux fluviaux chinois à fond plat qui constituent la plus grande partie de ses unités, et que si Kubilay avait
utilisé des navires de haute mer, dotés d'une quille pour éviter le chavirement, sa flotte aurait en grande partie survécu à la tempête.

Sakamoto_Ryoma
avatar
sakamoto
Senpai (先輩)

Nombre de messages : 73
Age : 31
Réputation : 0
Points : 3456
Date d'inscription : 04/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.clan-takeda.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum